Recettes  

Défi pour hommes

Messieurs, vous adorez relever des défis de toutes sortes, mais, soyons honnêtes, manger mieux figure rarement dans vos priorités… avant le jour où votre corps vous envoie des signaux d’alerte. Voici quelques challenges alimentaires auxquels vous devriez vous attarder dès maintenant. La balle est dans votre camp !

Le gars 15-25 ans

La majorité des jeunes garçons qui ont vu leur mère cuisiner n’ont guère mis la main à la pâte, par gêne, par manque d’intérêt ou simplement parce que celle-ci ne leur a pas demandé de participer aux tâches culinaires. Et le barbecue ? Ce territoire est généralement réservé au père, rarement au fils. LA chose qu’ils auraient dû demander à leurs parents ou à leurs grands-parents avant de partir en appartement, c’est de leur montrer des trucs en cuisine.

Votre défi : Apprendre à cuisiner parce que...

C’est aussi élémentaire que 2 + 2 = 4. Quand arrive la première blonde, le premier appartement, le nouveau coloc, être un illettré culinaire et ignorer comment faire des œufs brouillés ou une sauce à spag’ est désolant pour l’estime personnelle, pour les autres et pour sa propre santé. Par conséquent, on devient souvent dépendant des restos et des aliments préparés… et ça coûte un bras.

Des outils pour y arriver:

  • On lit Nouveaux en cuisine, écrit par Marie Breton et Isabelle Émond, deux nutritionnistes aussi mères de famille. Ce livre est conçu pour les jeunes adultes plus habiles à envoyer un texto qu’à manier un couteau (environ 33 $, Flammarion Québec). On peut aussi parcourir L’Anarchie culinaire de Bob le Chef (environ 33 $, Éditions La Presse) ou La Croûte cassée (environ 25 $, Éditions Parfum d’encre), deux incontournables.
  • On suit des cours de cuisine de base. Pour trouver une école de cuisine dans notre localité, on fait une petite recherche sur Internet. À noter : certaines municipalités offrent même des cours spécialement pour les hommes.
  • On explore ricardocuisine.com, un site Web qui a fait ses preuves, très apprécié des hommes pour ses recettes faciles et ses vidéos culinaires explicatives. Une version mobile pour iPhone et iPad est aussi proposée gratuitement. Plus d’excuses !

En chiffres

53 % des Canadiennes pensent que les hommes savent prendre les commandes dans la cuisine.

Les jeunes hommes 25-35 ans

Même si la vie d’étudiant est déjà chose du passé, le jeune homme aime toujours faire la fête certains soirs de semaine et la fin de semaine. Avec le travail et les responsabilités d’une vie de couple ou d’une nouvelle famille, la pratique de sports se fait de plus en plus rare. Mine de rien, il n’a plus la « shape » qu’il avait.

Votre défi : Prévenir l'apparition de la bedaine parce que...

Une bière de 150 calories ne fait pas pousser la bedaine, bien sûr, mais l’excès de calories (alcool, croustilles, desserts, malbouffe) et la réduction des heures d’activité physique mènent tout droit à la prise de poids. Avec l’âge, les hommes accumulent leur surplus de gras principalement autour du ventre et du tronc (forme de pomme), tandis que l’excès de graisse typiquement féminin se loge autour des hanches et des cuisses (forme de poire), du moins avant la ménopause. Or, le gras abdominal est plus dommageable pour la santé, car il augmente les risques de diabète, d’hypertension et de maladies cardiovasculaires. Si les femmes demeurent généralement plus insatisfaites de leur poids, il est temps que les hommes s’en préoccupent lorsque celui-ci pose problème.

Des outils pour y arriver

  • On calcule son poids santé sur le site extenso.org, une référence crédible sur la nutrition.
  • On s’informe sur le même site en répondant à un jeu-questionnaire sur la bière, en lisant sur les calories liquides ou les coulisses de la restauration-minute et une foule d’autres propos pertinents sous l’onglet Hommes.
  • On consulte le site educalcool.qc.ca. Celui-ci traite sans détour des faits, des mythes, des mélanges et des lendemains de veille. On y trouve aussi plein d’outils pratiques, dont le programme « Alcochoix + », qui s’adresse à ceux qui boivent de 10 à 35 consommations par semaine et qui leur permet de faire des choix plus éclairés.

Futur papa ?

Depuis une trentaine d’années, on constate une diminution du nombre de spermatozoïdes dans le sperme. Plusieurs facteurs seraient en cause, dont les pesticides, la pollution et le stress. Selon la Harvard Medical School, certains facteurs liés au style de vie pourraient avoir une influence positive sur la fertilité masculine, comme diminuer l’alcool, éviter le tabac, bouger et avoir une alimentation riche en aliments nutritifs (fruits, légumes, légumineuses, grains entiers, viandes maigres).

Le père qui cuisine 35-45 ans

Le père aux fourneaux est fier de répondre aux besoins de sa famille par l'entremise des repas. Les enfants imitant leurs parents, la meilleure façon de leur donner de bonnes habitudes alimentaires est de les pratiquer soi-même. C'est prouvé: les enfants dont les parents mangent bien et pratiquent de l'activité physique régulièrement ont plus de chances d'avoir, à leur tour, de saines habitudes qu'ils garderont toute la vie.

Votre défi : Donner le bon exemple en mangeant plus de fruits et de légumes parce

Jusqu'à 50 ans, les hommes doivent manger entre 8 et 10 portions de fruits et légumes par jour (les rondelles d'oignons, les frites et le ketchup ne comptent pas!) Pour y arriver, il en faut donc au moins 2 à 3 portions (125 ml chacune ou 1/2 tasse de fruits ou de légumes coupés) par repas. Si le mâle n'hésite jamais à se salir les mains pour préparer des boulettes de viande, remplacer sa bonbonne de propane ou astiquer sa grille de barbecue, il a rarement le temps ou l'envie de se peler ou de se préparer un fruit.

Des outils pour y arriver:

  • On regarde les épisodes de Cuisine futée, parents pressés (Télé-Québec) sur sa tablette ou son ordi, une émission sans prétention qui se veut un véritable guide de survie pour les parents et les enfants. On peut voir ou revoir sur ICI Tou.tv les émissions Ricardo originellement diffusées à 11 h sur ICI Radio-Canada.
  • On pense à ajouter des fruits et légumes dans ses activités :
En faisant l’épicerie :
Achetez des fruits et légumes frais, sans oublier les salades prélavées et les surgelés ultra-pratiques : petits pois, maïs, haricots, épinards, mélange asiatique.
En cuisinant au barbecue :
Remplissez la grille de légumes faciles à cuire : asperges, courgettes, champignons, poivrons, aubergines, fenouil, pommes de terre en papillote…
En auto :
Gardez des fruits séchés dans la boîte à gants ou préférez un petit jus 100 % fruits acheté au dépanneur à une boisson sucrée.
Au club sportif ou à l’aréna :
Faites le plein de glucides avec une banane, un smoothie aux fruits, une compote ou une coupe de fruits dans du jus au lieu d’un sirop.
À l’heure de l’apéro :
Buvez un grand jus de tomate avant la bière et vous absorberez du coup 2 portions de légumes.
En jouant au poker :
Servez, dans un verre, des crudités qui ne salissent pas les doigts : carottes, céleri, chou-fleur, tomates cerises.
En guise de dessert :
Remplacez le morceau de gâteau par une fondue au chocolat et son assiette débordante de fruits : fraises, bananes, poires, ananas, clémentines.
En faisant des travaux extérieurs :
Désaltérez-vous avec des tranches de melon d’eau déjà prêtes au frigo.

L'homme d'âge mûr 45-55 ans

Il fréquente les bons restos, voyage pour affaires ou par plaisir et aime se payer de petites gâteries. Son corps commence toutefois à montrer une mécanique quelque peu défaillante, comme une tension élevée ou un taux de cholestérol à la hausse. Des poignées d’amour s’installent et semblent impossibles à perdre.

Votre défi : Manger sainement pour protéger votre cœur parce que...

Les hommes sont deux fois plus à risque de souffrir d’une maladie cardiaque que les femmes avant la ménopause. Une des raisons, c’est la testostérone qui favorise la diminution du bon cholestérol dans le sang (HDL) et la hausse des mauvais transporteurs (LDL). Outre le cholestérol qui finit par boucher les artères, d’autres facteurs comme le stress, le gras abdominal et une piètre alimentation augmentent aussi les risques de troubles cardiaques. L’hypertension — appelée le « tueur silencieux », car la moitié des adultes qui en font l’ignorent — est aussi la première cause de maladies cardiovasculaires et d’accident vasculaire cérébral.

Des outils pour y arriver:

  • On évite à tout prix les gras trans, nocifs pour le cœur, présents dans plusieurs aliments transformés contenant du shortening et de l’huile hydrogénée (pâte à tarte, biscuits, craquelins, viennoiseries, gaufres congelées, fritures…).
  • On ajoute à son menu des aliments protecteurs, comme les légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots) au moins un repas par semaine et les poissons gras (saumon, truite, thon, maquereau), deux fois par semaine. Les grains entiers (gruau, son d’avoine, riz et pain brun, orge mondé) renferment des fibres solubles et de précieux nutriments pour la santé du cœur et des artères.
  • Pour réduire l’hypertension, on opte pour le régime DASH (Dietary Approach to Stop Hypertension) en misant sur 8 à 10 portions» de fruits et légumes, de même que 2 à 3 portions de produits laitiers à teneur réduite en matières grasses par jour. Son efficacité a été démontrée moins de deux semaines après les changements apportés !
  • On vérifie notre tension artérielle lors de notre prochaine visite chez le médecin ou à la pharmacie.
  • On bouge au moins 150 minutes par semaine à intensité modérée, en incluant des activités d’aérobie et de musculation.
  • On lit Manger mieux pour être au top, un nouveau livre qui couvre plein de sujets intéressants (masse musculaire, digestion, cœur, énergie, tour de taille…) sur la nutrition optimale pour vivre longtemps et en meilleure santé, écrit par la nutritionniste Hélène Baribeau (27,95 $, Éditions La Semaine).
  • On se rend au Fmcoeur.qc.ca, un site qui propose une tonne de renseignements sur le cœur, dont le régime DASH. En prime, sous l’onglet Votre santé, on trouve quatre outils électroniques pour évaluer son risque, gérer sa tension, suivre ses médicaments et ses rendez-vous.

Le sportif retraité ( ou presque ) 55-75 ans

L’homme a une espérance de vie de 80 ans au Canada (un record de tous les temps), mais son espérance de vie en bonne santé est plutôt de 71 ans. Il souhaite continuer d’être actif le plus longtemps possible en ajoutant de la vie à ses années, pas juste des années à sa vie ! L’adoption de saines habitudes fait une grande différence entre un « vieux » et un « jeune vieux ».

Votre défi : Préserver la santé de votre prostate le plus longtemps possible parce que...

Grosse comme une noix, la prostate sert à produire une partie du liquide qui compose le sperme. 1 homme sur 7 sera atteint de cancer de la prostate, surtout après 50 ans. Si c’est le cancer le plus répandu chez les Canadiens, la plupart du temps il évolue lentement et peut être guéri ou traité avec succès.

Des outils pour y arriver:

  • On mange des tomates cuites au moins 2 fois par semaine. La tomate est un aliment protecteur de la prostate. On attribue à son pigment rouge, le lycopène, des effets intéressants pour contrer le développement du cancer de la prostate lié au vieillissement à partir de 65 ans. Les tomates cuites et les sauces mijotées à base de tomate rendent le lycopène plus facilement assimilable. On trouve aussi du lycopène dans le melon d’eau qui est bien absorbé, même quand il est mangé cru.
  • On diminue la viande rouge. Une alimentation riche en matières grasses animales semble augmenter les risques de cancer prostatique. On vise surtout le gras des viandes rouges cuites à température élevée, les viandes rouges transformées, comme les saucisses et les charcuteries, le beurre et les produits laitiers riches, comme la crème et certains fromages. Fan de T-bone et de gigot d’agneau ? On ne les élimine pas complètement, mais on revoit nos portions, on opte pour des coupes maigres et on met la pédale douce sur les charcuteries.
  • On y va mollo avec le beurre et on cuisine plutôt à l’huile d’olive ou de canola.
  • On prend un supplément de vitamine D, car avec l’âge, la peau en produit moins et les os se fragilisent. Dose recommandée : de 400 à 1000 UI par jour pour jouer au tennis et au golf encore de nombreuses années.
  • On mange des fruits et légumes riches en lutéine et zéaxanthine, surtout si on fume et si on boit de l’alcool régulièrement. Ces deux antioxydants aident à prévenir la dégénérescence maculaire liée à l’âge et les cataractes. Pour la santé des yeux, on privilégie les fruits et légumes jaunes ou orangés (courges, carottes, maïs, poivrons) et les légumes verts (épinards, choux, brocolis…).

Hélène Laurendeau

Passionnée d’alimentation, de santé et de voyages gourmands, Hélène adore partager ses trouvailles avec le grand public. Diplômée en nutrition (Université de Montréal) et en épidémiologie (McGill), elle est active dans les médias depuis plus de 25 ans. À la télévision, elle fait équipe avec Ricardo depuis 2005 pour vulgariser ses connaissances avec la bonne humeur qu’on lui connaît. À la radio, Hélène collabore aussi chaque jeudi à l’émission Bien dans son assiette (Ici Radio-Canada Première). On peut également la lire dans le magazine Ricardo. Pour suivre Hélène sur les réseaux sociaux :
Twitter : @Hlne_Laurendeau
Facebook : Hélène Laurendeau Nutritionniste