Recettes  

Partir l'été… en toute sécurité

L'été, on prend congé de travail et d'école, mais pas de saine nourriture. Voyagerez-vous en auto ou en avion ? Serez-vous installés au motel ou au camping ? Passerez-vous vos journées à la plage ou à la montagne ? Chaque situation et chaque activité nécessitent une préparation et des précautions différentes. Voici nos conseils pour bien manger et pour vous protéger en tous lieux et en tout temps.

Dans les airs

De plus en plus, prendre l'avion, c'est comme prendre l'autobus. On achète une place, mais les repas ne sont pas toujours inclus. Renseignez-vous avant le départ pour savoir ce qu'il en est. La plupart des compagnies aériennes proposent des menus spéciaux pour répondre à divers critères diététiques ou religieux (végétariens, faible en gras, kasher, etc.). Vous avez des demandes spéciales ? Commandez le menu qui correspond à vos besoins et à vos goûts au moins 24 heures avant le départ.

Voyager en avion est particulier, puisque l'air y est très sec. Alors, n'oubliez pas : 

  • De boire au moins un verre d'eau ou de jus par heure de vol.
  • De mettre la pédale douce sur les boissons diurétiques comme les colas et le café. Comme l'air sec favorise la déshydratation, mieux vaut privilégier les boissons qui hydratent efficacement.
  • De prendre de l'alcool avec modération, ou pas du tout. D'abord, l'alcool favorise la déshydratation. En outre, ses effets sont intensifiés en altitude.
  • De limiter la consommation de boissons pétillantes et d'aliments gazogènes comme le chou, le brocoli et les légumineuses. En altitude, l'air avalé et les gaz produits lors de la digestion prennent de l'expansion. Ils peuvent donc causer des ballonnements et des inconforts.

Le changement de pression atmosphérique cause un mal d'oreille à plusieurs personnes. Aussi désagréable soit-il, il peut être amoindri grâce à certains trucs:

  • Mâcher de la gomme
  • Sucer un bonbon
  • Avaler sa salive
  • Bâiller
  • Donner une tétine ou une suce aux bébés

En pique-nique

L'été est la saison des pique-niques. Et qui dit pique-nique, dit joli panier ! Utilisez-le pour les aliments secs et non périssables. Mais, pour le reste, optez pour la glacière. Pour qu'elle soit vraiment utile, elle doit contenir suffisamment de glace ou de contenants réfrigérants et ne pas être placée au soleil ou dans une voiture qu'on laisserait au stationnement en attendant le repas. La voiture peut devenir un vrai fourneau. Laissez les aliments hors de la glacière le moins longtemps possible. Beaucoup d'aliments deviennent impropres à la consommation et peuvent causer des intoxications alimentaires en moins de deux heures lors d'une chaude journée.

Sur la route

Lors des longs trajets en voiture, prévoyez des arrêts pour vous dégourdir les jambes et respirer au grand air. Le voyage paraîtra moins long, et les enfants s'impatienteront moins vite. Si vous empruntez des routes où l'accès à du ravitaillement est rare, n'oubliez pas de remplir votre panier à pique-nique et vos glacières de provisions qui se mangent facilement. Des suggestions :

  • Des sandwichs. Ils sont le repas idéal pour manger en voiture, surtout pour le conducteur et les enfants.
  • Crudités, fromage, fruits, jus de légumes ou de fruits en portions individuelles et bouteilles d'eau.
  • Muffins ou biscuits maison pour satisfaire les becs sucrés.
  • Prévoyez des rafraîchissements, surtout s'il fait chaud. Congelez par exemple des boîtes de jus, des petits pots de yogourt ou des fruits frais (raisins, bleuets, framboises, fraises) la veille du départ et conservez-les dans la glacière. Ils seront partiellement dégelés au moment de les manger.
  • Transformez la boîte à gants en trousse de secours ; ayez une réserve d'aliments peu périssables, comme des noix, des graines, des fruits séchés, des barres tendres, des céréales sèches ou des galettes de riz.
  • Un passager a mal au cœur ? Comme pour les femmes enceintes, offrez-lui des craquelins ou une boisson gazeuse au gingembre (ginger ale).

À l'étranger

La diarrhée du voyageur, mieux connue sous le nom de turista, est un désagrément dont on se passerait bien… et dont on peut se passer. Il suffit de respecter quelques règles d'hygiène alimentaire de base :

  • N'utiliser que de l'eau embouteillée ou traitée pour boire, laver les fruits et se brosser les dents ; refuser les glaçons à moins d'être certain qu'ils sont faits d'eau sécuritaire ;
  • Peler les fruits (ou les laver) ;
  • De préférence, manger des légumes cuits ;
  • Éviter le lait non pasteurisé et les fromages au lait cru ;
  • Éviter les aliments réchauffés, les buffets à salade et les aliments vendus dans la rue, car les équipements de réfrigération et les mesures sanitaires sont souvent inadéquats ;
  • Se laver les mains fréquemment, surtout avant de manger. Utiliser de l'eau chaude savonneuse ou une solution antiseptique à base d'alcool.

En cas de turista, il faut cesser de boire du lait. Pour empêcher la déshydratation, on conseille de boire fréquemment de petites quantités d'eau embouteillée ou de jus dilué (1/3 de jus pour 2/3 d'eau) auxquels on ajoute une pincée de sel. De plus, il importe d'éviter les irritants et les stimulants comme le café, les crudités et les colas. Si la diarrhée persiste plus de 48 heures, et si elle est sanglante ou accompagnée de fièvre, il est recommandé de consulter un médecin.

Pas de vacances pour les allergies alimentaires

Les voyages sont l'occasion de riches découvertes pour le palais. Mais, pour les personnes victimes d'allergies alimentaires, ils sont aussi source d'inquiétude. Voici des conseils qui aident à prévenir les mésaventures et à y faire face.

  • Informez à l'avance tous les intervenants (la compagnie aérienne, l'agence de voyages, les guides, etc.) de la présence d'une personne allergique et des aliments en cause.
  • Apportez un papier sur lequel est écrit - dans la langue du pays visité, sinon en anglais - le nom de l'aliment problème. Encore mieux, une photo ou une illustration de l'aliment permet de se faire comprendre dans n'importe quelle langue.
  • Apportez quelques aliments qui conviennent à la personne allergique afin de ne pas être pris au dépourvu quand les repas ou collations vous sembleront incertains.
  • Toujours avoir l'auto-injection (de type EpiPen) à portée de la main. Avoir, dans ses bagages, une ordonnance de renouvellement qui sera comprise dans le pays visité.
  • Outre les aliments, certaines crèmes solaires contiennent des sous-produits du lait ou des œufs. Ouvrez l'œil…

Stéphanie Côté