Recettes  

6 trucs pour un jardin anti-gaspillage

En collaboration avec
Passions Jardins

Ça y est, après des semaines d’entretien, d’arrosage et de bichonnage, le potager porte enfin ses fruits… et légumes. Beaucoup de légumes. Quand les tomates, concombres et autres fines herbes abondent dans le jardin, on ne sait plus où donner de la tête. Quand il n’y a plus assez de repas pour manger tout ce qui a poussé, on repense nos récoltes pour éviter de gaspiller. En collaboration avec Passion Jardins, voici quelques idées pour ne rien jeter de notre précieuse moisson.

1. Congeler les fruits et légumes

La congélation est l’un des moyens les plus simples pour conserver les fruits et légumes afin de les cuisiner toute l’année. On les sort du congélateur quand on le désire pour préparer des tartes, des croustades, des soupes et des sautés.

  • Pour les petits fruits comme les fraises, les framboises et les bleuets, il suffit de les déposer sur une plaque de cuisson et de les mettre au congélateur.
  • Les fruits qui brunissent demandent un peu plus de préparation. On les pèle avant de les couper en morceaux et on les enrobe ensuite d’une poudre à base de dextrose et d’acide ascorbique (Fruit Fresh) pour les empêcher de changer de couleur, avant de les congeler sur une plaque.
  • Quant aux légumes, on les blanchit avant la congélation afin qu’ils gardent leur couleur vive, leur saveur et leur texture.

Le congélo permet aussi de stocker des fines herbes dans l’huile, des coulis de fruits ou des purées de bébé dans des bacs à glaçons.

Pour tout savoir sur la congélation des aliments, on consulte notre guide 101.

2. Mettre en conserve

La mise en conserve demande certaines précautions, mais elle permet de garder longtemps les aliments récoltés afin qu’on puisse les manger toute l’année. Les fruits comme les légumes conviennent à ce type de conservation. C’est le cas des tomates, des betteraves, des cornichons ou des pêches et des poires pour ne nommer que ceux-là.

Avant de s’y mettre, on s’assure d’avoir les bons outils à portée de main: bocaux en verre, support à bocaux, couvercles, bagues métalliques, entonnoir, baguette aimantée et pince à bocaux. Le principe de base de la mise en conserve consiste en un traitement à la chaleur selon l’acidité des aliments dans une marmite remplie d’eau bouillante ou dans un autoclave, sous pression.

Comme il existe des risques d’intoxication alimentaire si la mise en conserve n’est pas faite correctement, on utilise un guide de mise en conserve pour s’assurer de procéder en toute sécurité.

3. Préparer des condiments

L’aventure de la mise en conserve nous effraie? On prépare des condiments qui se conservent plusieurs semaines au réfrigérateur pour garnir nos repas. On pense à des condiments à base de vinaigre, qui améliore la durée de conservation des aliments, comme du sambal oelek pour les plats aux saveurs asiatiques, une relish de courgette pour les hot-dogs ou des cornichons à l’aneth pour les burgers. Les aliments dans l’huile se gardent aussi longtemps. On fait donc le plein de pestos en plusieurs variations, ou encore de tomates confites.

Les condiments peuvent aussi être servis en version sucrée pour agrémenter les gâteaux, les coupes glacées ou le pain doré. On fait confire des canneberges, des cerises ou des prunes avec du sucre pour des garnitures gourmandes.

4. Déshydrater les produits frais

Une technique intéressante pour utiliser une grande quantité de fruits, et les conserver pour une longue durée, consiste à les déshydrater. On les fait sécher au four à basse température pour que l’eau qu’ils contiennent s’évapore. Les fruits séchés sont parfaits pour une collation à transporter lors des activités extérieures, étant donné qu’ils se conservent à température ambiante. On les utilise aussi en guise de garniture dans les salades ou du yogourt.

5. Faire un don d’aliments

On a plus de légumes qu’on ne pourra jamais en manger? On fait une bonne action en redonnant à ceux qui en ont besoin. Il existe des frigos communautaires mis à la disposition des citoyens, un peu partout au Québec. On consulte le répertoire de ces frigos sur le site Web du projet Sauve ta bouffe. On peut également s’informer auprès des différents organismes de notre quartier.

Avant de donner de la nourriture fraîche, on s’assure de la salubrité des aliments en les étiquetant avec leurs informations de base comme le nom du produit, la date d’emballage ou de mise en portion, et les consignes d’entreposage. On garde les aliments au froid pendant le transport et on vérifie la température du frigo avant l’entreposage (source: quebec.ca).

6. Prévoir un menu saisonnier diversifié

Les plateaux de crudités et les sandwichs aux tomates deviennent rapidement redondants quand on en mange fréquemment. La meilleure façon de donner toute la place aux fruits et aux légumes du potager, c’est de les cuisiner.

Avant de se rendre à l’épicerie, on pense à ce qui a poussé dans le potager ou qui est sur le point d’être mûr. On évite l’allée des fruits et légumes et on cuisine avec ce qu’on a récolté uniquement.

On pense à nos plats préférés qu’on garnit de légumes à ras bord. On prépare des pizzas, des pâtes et des burgers où les ingrédients principaux sont les légumes. Voici quelques idées pour s’inspirer pendant la saison des récoltes:

Avec tout le travail qu’on a fait au potager, pas question de gaspiller un seul des fruits et légumes récoltés. Le plaisir de jardiner, c’est aussi de manger et de partager.

Cet article est une collaboration entre RICARDO et Passion Jardins.