Recettes  

Conseils pour transplanter ses tomates sans se planter

En collaboration avec
Passions Jardins

Il n’y a rien de bien sorcier à planter ses tomates. Mais encore faut-il choisir le bon moment pour le faire et avoir le bon emplacement. Grâce à la collaboration des experts de Passion Jardins, qui nous ont guidés dans le démarrage de nos semis, on découvre tout de cette étape essentielle à l’obtention d’une belle récolte. On prend des notes!

Entrepreneuse de l’entreprise familiale Bélanger Centre Jardin, Paysagiste et Fleuriste, située à Amqui dans le Bas-Saint-Laurent, Camille Bélanger est une passionnée de l’entrepreneuriat et de tout ce qui touche à l’aménagement paysager. En plus des connaissances acquises depuis son tout jeune âge auprès de son grand-père et de son père, elle possède un diplôme en Gestion de commerces.

Quand planter?

On ne devrait pas procéder à la plantation à l’extérieur avant la fin du mois de mai et le début de juin. Dans les régions où le climat est plus froid, il est même préférable d’attendre la mi-juin. L’important est de le faire après les derniers gels printaniers, dans un sol chaud. Lorsque les températures nocturnes dépassent les 10 °C, on procède à l’acclimatation des plants: on les sort à l’extérieur, quelques heures pour commencer, puis de plus en plus chaque jour. 

Quel emplacement et quel type de sol conviennent le mieux aux tomates?

L’emplacement idéal pour les tomates est celui qui bénéficie de 6 à 8 heures d’ensoleillement par jour et qui est protégé du vent. Les plants se plaisent dans un sol riche et léger, bien drainé. On recommande également d’ajouter du compost, comme du Compost marin, dans chaque trou de plantation afin d’améliorer la qualité du sol et de mieux nourrir les racines. 

Si on a plus d’un plant à mettre en terre, on vérifie la distance recommandée par le producteur de semences (l’indication est sur le sachet). C’est d’autant plus important dans le cas des variétés à port indéterminé qui peuvent prendre beaucoup d’expansion et sur lesquelles on a moins de contrôle. 

Que doit-on retenir de la plantation?

Une caractéristique intéressante concernant les tomates est qu’elles ont la capacité de produire des racines sur toute la longueur de leur tige. Il est donc possible d’enfouir dans le sol jusqu’à la moitié de la tige principale, cela en s’assurant d’enlever les deux premières paires de feuilles à sa base. Quant à l’ajout de mycorhizes, celles-ci contribuent au développement racinaire en facilitant l’absorption des nutriments.

Faut-il utiliser un engrais après la plantation?

Oui! C’est important d’en mettre pour avoir un beau feuillage vert, mais aussi de beaux fruits rouges et bien juteux. On conseille d’utiliser un engrais naturel (granulaire) tel qu’un engrais naturel Potager et fruits et d’en ajouter une fois par mois pour un meilleur résultat.

Bon à savoir

Que représentent les chiffres 4-2-7 indiqués sur l’emballage de l’engrais? Ils indiquent les pourcentages respectifs en azote, en phosphore et en potassium. Un tel mélange contient ainsi 4% d’azote (qui sert à la croissance du plant), 2% de phosphore (qui favorise un bon enracinement) et 7% de potassium (qui stimule la croissance des fleurs et améliore la qualité des fruits).

Le tuteurage des plants est-il nécessaire?

À part quelques variétés conçues pour la culture en contenant, la tomate a besoin d’un tuteurage. Il est important d’accompagner ce fruit dans sa croissance à l’aide d’un support adapté, soit une «cage à tomates» ou un tuteur en bois ou en bambou avec une corde (non coupante!) pour y attacher la tige. D’une longueur idéale de 1,5 m à 1,8 m, ce dernier est tout indiqué pour les plants indéterminés. On réserve la cage pour les variétés à port déterminé qu’on installe de préférence dès la plantation ou dans les jours qui suivent. Vu la forme conique et resserrée à la base de la cage, on comprend qu’en essayant d’y faire entrer un plant devenu trop grand, on risque de briser et d’abîmer ses tiges. 

Que sont les gourmands et dans quel cas est-il recommandé de les enlever?

Les gourmands sont les tiges qui se forment au croisement des tiges et des feuilles de la tige principale du plant. Le fait de les enlever ou non dépend de la variété de tomates choisie. Il n’est pas nécessaire de le faire dans le cas des tomates à croissance déterminée, compte tenu de leur port plus compact et du mûrissement rapide des fruits. En enlevant les gourmands, on diminue la production de fruits.

Quant aux tomates à croissance indéterminée, elles ont un port grimpant et produisent continuellement durant toute la saison. Ces plantes ont non seulement besoin d’un bon tuteur, mais il faut aussi éliminer les gourmands qui nuisent à la production. 

Quelques variétés parmi les déterminées, où il n’est pas nécessaire d’enlever les gourmands: 

  • Primo
  • Célébrité
  • Tiny Tim
  • Sweet ’n’ Neat
  • Mascotte
  • Polbig

Variétés indéterminées populaires, où il est mieux d’enlever les gourmands:  

  • Big beef
  • Cœur de bœuf
  • Chef Choice
  • Fantastique
  • Pink Girl
  • Sweet 100

Qu’en est-il de l’arrosage?

Sauf à l’étape de la plantation ou durant les canicules et les périodes de sécheresse, on suggère d’arroser les plants une ou deux fois par semaine, de façon régulière et avec une bonne quantité d’eau. Il est important que les tomates n’en manquent pas, mais elles ne doivent pas en recevoir en excès non plus. Les plants étant plus vulnérables aux maladies fongiques lorsque le feuillage est humide trop longtemps, on évite de les arroser par aspersion et on privilégie un arrosage matinal plutôt qu’en soirée pour permettre à l’humidité de s’évaporer. 

Les conditions climatiques, le stade de croissance du plant et le mode de plantation (en pot ou au potager) sont trois facteurs qui influencent la fréquence d’arrosage. Cet intervalle sera plus court pour les tomates cultivées en pot, comparativement à celles plantées dans un potager, la raison étant que l’eau s’évapore plus rapidement.

Est-il préférable d’ajouter un paillis?

Les paillis de cèdre ne sont pas recommandés, car ils ont pour effet d’acidifier le sol, ce qui n’est pas bénéfique pour la plante. Il faut plutôt se tourner vers les paillis BRF (bois raméal fragmenté) ou la paille qui n’ont aucune influence sur le pH du sol. Ajouter une toile géotextile à la base des plants est une autre option qui contribue à garder l’humidité ainsi que la chaleur. Une aide grandement appréciée de la tomate.

Compagnonnage: quels sont les meilleurs alliés de la tomate?

Au potager, les meilleurs amis de la tomate sont le basilic, le céleri, la ciboulette, les oignons, le persil et les piments. Le fruit a cependant des «plantes potagères ennemies». La betterave, le maïs et la pomme de terre en font partie; elles prennent beaucoup de place et d’énergie au sol et empiètent sur le système racinaire des tomates. Le mieux est de les tenir au loin.

Voilà, c’est fait! Les tomates sont plantées et peuvent maintenant croître à l’extérieur. Dans quelques semaines, les premiers fruits feront leur apparition avec l’appui de Dame Nature et grâce à nos bons soins. On gère les arrosages, on reste à l’affût des insectes ravageurs et des maladies, on fertilise au besoin. Avec un peu de patience viendra la récompense.  

Cet article est une collaboration entre RICARDO et Passion Jardins.