Recettes  

Le guide du débutant pour manger moins de viande

Les gens mangent moins de viande (pour leur santé et celle de l’environnement) et on jongle nous aussi avec l’idée. Mais étant depuis toujours habitués aux saveurs de la viande, l’idée de devenir végétarien, à temps partiel ou à temps plein, peut sembler compliquée. Or, il n’y a aucune raison pour que ce le soit. Voici quelques recommandations pour faciliter cette transition et manger moins de repas de viande chaque semaine.

1. Commencer par les lundis sans viande

Commencer lentement est la meilleure façon de manger plus de repas sans viande à long terme. Devenir végétarien du jour au lendemain est un exercice voué à l’échec. On commence par le faire une fois par semaine (avec le lundi sans viande, bien entendu!) et on en profite pour ajouter une nouvelle recette à notre répertoire. Avec le temps, on prend plaisir à déguster des plats sans viande sur une base plus régulière.

2. Manger ce que l’on connaît et qu’on aime

On ne le réalise pas toujours, mais on a tous en poche des recettes sans viande que l’on aime déjà. Ce sont peut-être les cannellonis crémeux de notre maman, une généreuse soupe à l’orge et aux légumineuses ou un grilled cheese fondant. En cuisinant ces recettes familières, manger végétarien ne vous semblera pas être une corvée, parce que, techniquement, rien n’a vraiment changé.

3. Donner une tournure sans viande à nos classiques

On aime le poulet général Tao? Ou un plat réconfortant de spaghettis avec boulettes? Il existe une foule de plats qui ont toutes les saveurs de ces classiques, viande en moins. En substituant la viande par une autre protéine végétale (comme le tofu pour le poulet ou un mélange d’aubergine et de graines de chia pour le bœuf haché), la recette est quand même faite avec les mêmes épices et assaisonnements que la version traditionnelle, ce qui signifie que les saveurs qu’on aime déjà y sont encore.

Bon à savoir

Le tofu est un aliment sans saveur, mais il est comme une éponge et l’idéal est de le faire macérer dans des marinades et des sauces savoureuses. On découpe simplement le bloc en morceaux qu’on fait macérer toute la nuit pour maximiser le goût. Même chose si on cuisine un mijoté ou un plat de curry: pendant la cuisson, le tofu absorbera toutes ces délicieuses saveurs.

4. Penser à la protéine

Si on pense que manger notre salade préférée suffit à nous combler pour la journée, c’est parce qu’on oublie que la laitue, les légumes et la vinaigrette ne font pas un repas très rassasiant. On veille à ce que chaque assiette contienne une source suffisante de protéines, puisque notre corps en a besoin, même si on a retranché la viande de notre régime alimentaire. Cela comprend les œufs, les noix, les graines, les fèves, les pois chiches et les lentilles. On s’assure d’inclure un œuf dur ou deux dans la salade, on ajoute des pois chiches à la soupe aux légumes et on expérimente des façons savoureuses d’apprécier les lentilles.

5. Essayer les substituts de viande

On est loin de l’époque où le tofu était la seule protéine alternative offerte à l’épicerie. Les personnes végétariennes et végétaliennes ne manquent pas de choix aujourd’hui. Il y a le tempeh, le seitan, la protéine végétale texturée (qui peut être utilisée comme substitut à la viande hachée dans les tacos ou une sauce à spaghetti), les burgers à base de plante végétale, les saucisses qui se cuisinent comme des vraies, le jacquier (qui est un excellent substitut au porc ou au poulet) et même les bâtonnets et les croquettes de «faux-poulet» pour les enfants.

6. Expérimenter dans le plaisir

Le but premier de savourer de nouvelles recettes est d’essayer des choses qu’on n’a jamais goûtées avant. On reste ouvert, on essaie de nouveaux ingrédients, des textures et des saveurs différentes. En allant de l’avant avec curiosité et malgré nos craintes, on pourrait être surpris! Plus on cuisine des recettes végétariennes, meilleures sont nos chances d’en trouver qu’on aime.